LA PRIERE (CONDITIONS-OBLIGATIONS-ANNULATIFS)

0
927
comment prier en islam

LE HADITH DE BASE DES HEURES DE PRIERE

A-Le hadith de base

La connaissance des heures des prières est obligatoire comme le nom des prières.

La base juridique qui permet de définir les horaires des prières est le hadith suivant :

Jâbir Ibn Abdoullâh rapporte qu’une fois Jibrîl vint rencontrer le Prophète (s) et lui dit:

“Mets Toi debout et accomplis la prière!”

Il accomplit ainsi la Salât de Zohr après que le soleil eût décliné du Zénith.

Puis il vint à nouveau à l’heure de ‘Asr et lui dit:

“Mets-toi debout et accomplis la prière!”

Il accomplit alors la Salât du ‘Asr après que la longueur de l’ombre de chaque chose eût atteint la taille originale (de la chose). 

Puis il vint à l’heure de Maghrib et lui dit:

“Mets- toi debout et accomplis la prière!”

Il accomplit la Salât de Maghrib lorsque le soleil fut couché.

Puis il vint à l’heure de ‘Icha et lui dit: “Mets-toi debout et accomplis la prière!” Il accomplit la Salât de ‘Icha lorsque la lueur rouge [chafaq] eût disparu.

 Puis il vint à l’heure de Fajr et dit: “Mets-toi debout et accomplis la prière!”

Il accomplit la Salât de Fajr immédiatement après l’apparition de l’aube.

Ensuite Jîbril vint le voir le lendemain à l’heure de Zohr et lui dit:

“Mets-toi debout et accomplis la prière!”

Il accomplit ainsi la Salât de Zohr après que la longueur de l’ombre de chaque chose eût atteint la taille originale (de la chose).

Puis il vint à nouveau à l’heure de ‘Asr et lui dit:

 “Mets-toi debout et accomplis la prière!”

Il accomplit alors la Salât de ‘Asr après que la longueur de l’ombre de chaque chose eût atteint le double de la taille originale (de la chose).

Puis il vint pour la Salât de Maghrib à la même heure que la veille, sans se dévier de cette heure.

Puis il vint pour l’Icha après que la moitié de la nuit ne fût passée. (ou il dit “après le tiers de la nuit “) et il accomplit la Salât de Ichâ

Puis il vint à nouveau lorsque le ciel fut bien clair (avant le lever du soleil) et lui dit: “Mets-toi debout et accomplis la prière!”.

Il accomplit alors la Salât de Fajr. Puis il dit:

“Le moment (pour chaque prière) s’étale entre ces deux heures (limites)”.

(Ahmad,An-Nasâi, et At-Tirmidhi. Al-Boukhâri écrit que ce Hadîth est le plus authentique en ce qui concerne les heures de prière).



B-Les différentes périodes de ce temps.

Le temps dune prière est partagé en 2 parties :

1. La période préférentiel, qui est une période où on a le choix de prier n’importe quand durant cette période.

2. La période de nécessité, qui est une période au cours de laquelle seuls, les gens qui ont des excuses valables qui ne leur permet pas de prier dans

l’immédiat, peuvent y prier avant l’entrée dans la prière suivante.



 

C-Les permissions du darouri

Il s’agit du temps au cours duquel seules les personnes empêchées par les excuses suivantes peuvent se permettre d’y prier.

Les excuses valables pour se permettre de prier dans ce temps sont : pour attendre la fin des règles, la fin des écoulements sanguins après l’accouchement, celui qui se converti à l’islam, le fou qui a retrouvé la raison, l’évanoui, celui qui dort, l’oublieux, l’insouciant, celui qui a perdu ses ablutions

Par conséquent celui qui n’adhère pas à ces conditions et qui se permet quand même de prier pendant le temps darouri , alors qu’il pouvait prier pendant le temps al ikhtiar est ‘assi (désobéissant).

On retient qu’il n’est pas permis de repousser le temps d’al ikhtiyar pour le dharouri sans ces conditions sinon tu as des péchés.



 

D- Les temps interdit(haram) pour faire les Nafilas (prières surérogatoires)

1. Lorsque le soleil se lève.

2. Lorsque le soleil se couche.

3. Entre le temps où l’imam monte sur sa chaire jusqu’à la fin du jamou’a (pas de 2 rakaats quand l’imam fait le discours) pour le vendredi.

4. Au moment de l’Iquamati Salat

5. Quand tu sais que tu dois faire la prière fard (obligatoire)



 

E-Les temps blâmables(makrouh) pour faire les Nafilas (prières surérogatoires)

1- Entre le moment où le soleil se lève et jusqu’à ce qu’il atteigne 12 coudées (6 mètres environ) cela représente 20 mn après la prière du Fajr

2- Entre le ‘asr (Takoussane) et le début du coucher du soleil (timis)



 

LA PRIERE ET TOUT CE QUI S'Y RAPPORTE 100%

LES CONDITIONS PERMETTANT D'ACCOMPLIR LA PRIERE

A-Les conditions à réunir pour accomplir la salât :

1. Etre pubère, c’est-à-dire que la prière n’est pas obligatoire pour un enfant. On leur demande de pratiquer à partir de 7 ans, on leur impose à partir de 10 ans.

2. Etre doté de raison, c’est-à-dire que pour les fous, la prière n’est pas obligatoire, même s’il venait à prier sa prière ne serait pas acceptée.

3. Que la prière soit entrée dans son temps

4. Chez la femme, respecter l’absence d’écoulement sanguin, lors de menstruations ou de lochies.

5. La présence d’eau pour faire les ablutions, ou à la rigueur la présence de said, de pierre ou autres pour faire le tayyamoum, s’il n’y a pas d’eau.



 

B-Conditions préalables à respecter pour l’accomplissement de la prière:

1- Etre musulman.

2- S’être purifié des deux impuretés:

  •               la souillure majeure levée par les grandes ablutions (Ghosl)
  •               la souillure mineure levée par les petites ablutions (Woudou).

3- La purification du corps, des vêtements et des lieux dans lesquels on prie.

4- Etre entré dans le temps de la prière.

5- Etre dirigé vers la qibla (la Ka‘aba)

  • dans un premier temps, il est demandé au croyant de trouver la qibla en se basant sur la direction du mihrab (niche) de la mosquée, une boussole ou le soleil.
  • s’il ne peut pas, qu’il demande alors aux gens.
  • s’il ne peut pas, à ce moment là, il fait l’ijtihad, l’effort de supposer une qibla et il commence sa prière. Maintenant, si par la suite, il se rend compte qu’il s’était trompé, sa prière est valable et il n’a pas à la refaire, parce qu‘il a fait l‘effort de trouver la qibla.
  • Mais il y a celui qui ne fait pas l’effort pour trouver sa direction, et qui accomplit sa prière et qui se rend compte par la suite qu‘il s‘est trompé de direction alors dans ce cas seulement, il doit absolument refaire sa prière, sinon elle n‘est pas acceptée.

Quand on parle d’erreur de direction de qibla, c’est :

  • soit tourner le dos à la qibla
  • soit être en angle droit par rapport à la qibla.

NB: Le respect de la direction de la qibla est une condition à respecter pour les prières obligatoires.

Dans un cas extrème où le fidèle ne peut vraiment pas respecter la direction de la qibla, comme celui qui serait passager en avion, alors il lui est permis de prier une prière obligatoire dans le sens du déplacement de son véhicule.



 

6- Cacher sa nudité

On distingue :

  • la nudité profonde : si cette partie du corps se découvre pendant la prière alors la salat est invalide et à refaire.
  • la nudité superficielle : si cette partie du corps se découvre pendant la prière alors la salate est valide mais diminuée en valeur.

Cette condition diffère entre l’homme et la femme :

Pour les hommes :

-la nudité profonde correspond aux parties intimes

-la nudité superficielle correspond à la partie du corps comprise du nombril aux genoux.

Pour les femmes :

la nudité profonde correspond à la partie du corps comprise du nombril aux genoux

la nudité superficielle correspond à tout le corps sauf le visage et les mains (donc les pieds aussi sont à cacher par une robe ou des chaussettes)



LES OBLIGATIONS DE LA PRIERE 100%

LES ACTES OBLIGATOIRES DE LA PRIERE

Si vous voulez retenir la suite, nous vous proposons de vous souvenir de la méthode suivante:

Dans la prière :

– tous les actes sont obligatoires sauf le fait de lever les mains lors de la prononciation du 1er takbir, la première assise du tachahoud et le mouvement de la tête pendant le salam.

aucune parole nest obligatoire sauf le 1er takbir, la fatiha et le 1er salam

Nous rappelons que le non-respect d’un seul de ces actes entraine l’annulation de la prière.

Il y a quatorze (14) actes obligatoires dans la prière.

1- L’intention (an-nia)

2- Le premier takbir d‘introduction, le premier « Allahou Akbar » (takbiratal ihram)

3- Être debout pour ce premier takbir (al-qiyamou laha)

4- La lecture de la Fatiha (qira-atal-fatiha)

5- Être debout pour lire la Fatiha (wal qiyamou laha)

6- L’inclinaison (génuflexion) (ar-roukou’)

7- Le retour de l’inclinaison (génuflexion) (ar-raf’ minhou)

8- La prosternation (as-soujoud)

9- Le retour de la prosternation (ar-raf’ minhou)

10- La première salutation (as-salam)

11- La quiétude, qui consiste à se poser dans l‘accomplissement de chacun des actes de la prière (at-tamanîna)

12- La complétude, qui consiste à accomplir complètement chaque acte qui nous est demandé dans la prière (al-y‘tidal)

13- Le respect de l’ordre dans lequel on doit accomplir chacun des actes de la prière (tartib al-ada),

14- L’intention de suivre si on prie derrière un imam

Nous allons développer chacun de ces points:

1)-L’intention (an-nia)

  • L’intention est obligatoire au moment du takbir, ou avant celui-ci, mais elle ne doit pas être faite après .
  • On ne doit pas laisser trop de temps entre l’intention et le takbir.
  • Il faut citer dans son coeur le nom de la prière obligatoire que l’on va effectuer, et à la rigueur,

Le nombre de rakaats:

  • Pour les prières surérogatoires, il est inutile de citer dans son intention le nom de cette prière, ni le nombre de rakaats.
  • Toute personne qui prie derrière un imam, doit faire l’intention de prier derrière l’imam: cela s’appelle “nyatal iqtida”.
  • L’intention se fait uniquement dans son coeur, sans murmure sauf pour les personnes qui sont sujettes au doute, le « weswes » et qui ont besoin de s’écouter. Dans ce cas, l’intention peut se murmurer.

2)-Le premier takbir d‘introduction de la prière, le premier « Allahou Akbar »

  • Il faut dire : « Allahou Akbar »
  • Le prononcer en langue arabe.
  • Être dirigé vers la qibla
  • Être debout
  • Le faire après l’entrée du temps de la prière.
  • Si c’est un fidèle qui prie derrière un Imam, il faut qu’il dise son takbir après celui de l’Imam.
  • Si une personne ne peut pas prononcer le takbir, à cause d’une maladie ou est dans l’obligation de rester silencieux, elle peut faire le takbir avec son intention.
  • Il est méritoire de lever les mains au moment de la prononciation du premier takbir, mais ne pas les lever pour les autres takbirs.(Allahou Akbar).
  • On lève les mains au niveau situant entre les épaules et les oreilles mais il n’y a aucun mal si on se limite aux épaules ou aller jusqu’aux oreilles.
  • Il est méritoire de dire ce takbir en élevant la voix, pas trop fort, juste pour s’entendre soi-même.
  • Ce qui est obligatoire, c’est d’ouvrir la bouche et de remuer la langue au moment de prononcer le takbir.

3)Être debout pour ce premier takbir (al-qiyamoulaha)

  • Il faut être debout au moment du takbir (sauf pour celui qui en n’a pas la capacité)
  • Si la personne fait le takbir assis ou en train de se lever, sans raison valable, sa prière sera annulée.

4)La lecture de la Fatiha (qéra-at al-fatiha)

  • Juste après le 1er takbir, on n’a pas à faire de doa particulière.
  • La lecture de la Fatiha est obligatoire.
  • Cette lecture nécessite le mouvement de la langue, aussi bien pour l’imam que pour le fidèle qui est derrière lui: cela ne suffit donc pas de lire la Fatiha dans son coeur. Ceci est valable aussi bien pour une prière obligatoire, que surérogatoire.
  • Dans le cas d’un fidèle qui prie derrière un imam:

– quand l’imam récite à voix haute, il faut écouter.

– quand l’imam récite à voix basse, le fidèle récite alors aussi la fatiha à voix basse.(acte méritoire).

  • On est dans l’obligation de respecter toute les règles de prononciation de la Fatiha, car celui qui récite la Fatiha ave des erreurs, sa prière est nulle.

Pour celui qui a des difficultés à lire la Fatiha, par exemple un sourd-muet, il est pardonné.

Mais pour celui qui a des difficultés parce qu’il ne connaît pas la Fatiha ou parce qu’il n’est pas arabophone, il est dans l’obligation de se perfectionner dans sa lecture.

  • On n’a pas le droit de la lire dans une autre langue que l’arabe, ni de la traduire, sinon la prière est nulle.
  • Quand on termine la récitation de la sourate al-Fatiha, il est méritoire de dire Amin, à voix basse que l’on prie à voix haute ou à voix basse, que l’on prie seul ou en groupe.
  • Par contre pour l’imam, lors des prières de dohr ou de asar, il peut dire amin pour luimême, mais il ne dit pas amin pour les prières de soubh, Maghreb et de l’ichaa

5-Être debout pour lire la Fatiha (wal qiyamoulaha)

  • Il est obligatoire d’être debout durant la période de la lecture de la Fatiha, sans s’adosser à un mur ou autre chose, sinon ce n’est pas valable (sauf pour la personne malade)
  • Par contre, pour les prières surérogatoires, on peut réciter la Fatiha en station assise ou debout : la récompense est alors diminuée de moitié.
  • Quand on termine la fatiha, on peut s’assoir car là, c’est un acte sunna que de rester debout pour la récitation de la deuxième sourate.

Effectivement, être debout pour la récitation de la sourate suivante, est un acte recommandé, mais pas obligatoire. De même, si on est fatigué, on peut s’adosser à un mur ou à autre chose.

Dans le cas de fatigue extrême, on a le droit de s’asseoir en plein milieu de la récitation de la 2ème sourate, par exemple dans la prière du tarawih, les nuits du ramadan, et ça n’annule pas notre prière.

6-L’inclinaison (ar-roukou)

a-La manière de le faire ?

·Le minimum du statut d’inclinaison, c’est lorsque la personne se penche jusqu’à ce que ses mains puissent toucher ou se rapprocher de ses genoux. La meilleur position, c’est lorsque le dos et la tête sont perpendiculaires aux jambes.

·Mettre ses mains sur ses genoux, en écartant les doigts, décoller ses bras du reste du corps, la tête ne doit être ni trop redressée, ni trop rabaissée donc elle doit être au même niveau que le dos et les pieds doivent être éloignésl’un de l’autre.

b-Ce qu’il faut dire et ne pas dire ?

Dans ce roukou, on ne récite ni douas, ni Coran: on prononce uniquement la glorification

“Soubhana-Allahi rabbil ‘adim wa bi hamdihi” ( 3 fois minimum).

c-Sa durée ?

Il n’y a pas de limite particulière sur la durée de l’inclinaison sauf pour l’imam, lors d’une prière obligatoire, qui ne doit pas trop tarder dans son inclinaison pour ne pas abuser des fidèles qui sont derrière lui.

Pour ce qui est des prières surérogatoires, on peut tarder aussi longtemps qu’on le désire.

7-Le retour de l’inclinaison (ar-rafa minhou)

Il suffit de se redresser jusqu’à la station debout et avoir le dos droit, en position verticale et etre bien au repos

8-La prosternation (as-soujoud)

a-Que doit-on poser au sol ?

  • Quand on se prosterne, on pose d’abord les mains puis les genoux.
  • On pose la tête entre les mains. Au final, les mains doivent être proches des oreilles, avec les doigts dirigés vers la qibla et les coudes qui ne touchent pas le sol.

·La prosternation se fait sur sept (7) organes :

– Le visage

               – Les deux mains

              – Les deux genoux

              – Les deux pieds

NB;·En ce qui concerne le visage: la prosternation doit se faire sur une partie du front et le nez aussi doit toucher le sol.

  •  Les orteils doivent être pliés avec les pointes des pieds orientées vers la qibla.

b-Sa durée ?

Le temps minimum qu’on doit respecter dans le soujoud, c’est d’avoir son nez et son front qui touche le sol avec une certaine quiétude puis tenir cette pose et ensuite se relever.

c-Comment placer le reste du corps ?

1.Dans le cas de l’homme: il doit éloigner les cuisses du ventre et les bras du corps en écartant les coudes, sans les poser au sol.

2.Mais par contre, pour la femme, c’est le contraire, elle doit rassembler ses membres en se recroquevillant: ses cuisses doivent être proches du ventre et les bras proches du corps.

d-Ce qu’il faut dire et ne pas dire ?

Dans cette station, on récite trois fois la doa :

« Subhâna rabbiya-l-alâ»

(“Pureté à mon Seigneur le plus haut”),

ensuite on peut faire les do‘as que l’on veut, mais on ne récite pas de Coran.

9-Le retour de la prosternation (ar-raf’ minhou)

  • Il faut quitter le sol et se mettre dans une station assise en posant les mains près des genoux
  • Il faut respecter un temps de pause dans cette position assise avant de pouvoir faire une deuxième prosternation.
  • Si après la 2ème prosternation, on doit se relever, il faut alors décoller les genoux du sol avant les mains.

10-La deuxième assise (a-djoulouse a-thani)

L’assise obligatoire correspond uniquement au temps d’assise nécessaire pour prononcer le salam final.

11-La première salutation (as-salam al awal)

a. Ce qui est obligatoire, c’est le 1er salam pour pouvoir sortir de la prière, à partir de là, on considère que la prière est terminée.

b. Ce qui est obligatoire dans la salutation, c’est la prononciation du mot “assalamou ‘aleykoum”

c. Elle doit être dit obligatoirement en arabe.

d. Elle doit être prononcée avec la langue, sauf dans le cas d’une personne qui ne peut pas prononcer pour cause de maladie… dans ce cas elle dit le salam avec son intention.

e. Pour l’imam: il ne fait qu’un (1) seul salam en tournant son visage du côté droit.

f .Pour les fidèles derrière l’imam: ils feront “3 salam“:

  • le premier salam vers la droite qui est la salutation finale pour clôturer la prière.
  • le deuxième salam, qu’ils font devant eux pour rendre le salam à l’imam.
  • le troisième salam, vers la gauche, ne se fait que s’il y a un fidèle à gauche mais ce salam a un statut d’acte sunna recommandée. S’il n’y personne à gauche, le fidèle n’a pas à faire de salam à gauche.

g. Un seul salam suffit pour quitter la prière donc quand le fidèle fait une prière surérogatoire et que retentit l’iqama pour la prière obligatoire, on peut quitter cette prière surérogatoire en faisant juste un mouvement de la tête vers la droite en prononçant le mot salam.

12- La quiétude, qui consiste à se poser dans l‘accomplissement de chacun des actes de la prière (at-tamanîna)

C’est la quiétude que l’on doit respecter dans la prière: elle consiste à respecter un temps de pause pour chacun des mouvements de la prière.

13-La complétude, qui consiste à accomplir complètement chaque acte qui nous est demandé dans la prière (al-y‘tidal)

Accomplir complètement chaque acte, en le faisant du mieux possible, et en les séparant les uns des autres.

14-Le respect de l’ordre dans lequel on doit accomplir chacun des actes de la prière (tartib al-ada),

Le respect de l’ordre de chacun de ces actes: faire l’intention avant le premier takbir, le takbir qui doit être suivie de la Fatiha ….

On peut pas faire un acte avant un autre.

15-L’intention de l’iqtida derrière l’imam

Cette obligation ne s’impose que si on prie derrière un imam : l’intention de suivre l’imam.

{slider LES ACTES PROPHETIQUES (SOUNNAS) DANS LA PRIERE}

Il y a deux types de sounnas dans la prière :

  • – Les actes recommandés.
  • – Les actes méritoires

A-Les actes recommandés :

Nous précisons que ces actes ont une valeur semi-obligatoire dans le sens où leur non application constitue une faute, mais la prière reste valide.

1-L’appel de la prière: al Adan wal iqama

2- La prière en groupe.

3- Lire un verset ou une partie d’un verset dans la sourate qui suit la Fatiha.

4- Etre debout quand on lit ce verset ou la sourate qui suit la Fatiha.

5- Lire à voix basse dans les prières de jour (salât dohor et ‘asar) sauf pour Jouma‘a qui est à voix haute. Et lire à voix basse dans la dernière rakaat du Maghreb et les deux dernières rakaats de l’icha’a.

NB: Il y a deux niveaux extrèmes de tonalité et la lecture à voix basse se situe entre les 2 :

  • -le minimum consiste à remuer sa langue dans sa bouche, sans produire de son.
  • -le maximum consiste à produire un son suffisant pour que la personne parvienne à s’écouter elle-même.

Ceci pour les hommes comme pour les femmes.

6- Lire à voix haute dans les prières où c’est nécessaire : à salât soubh, les deux premières rakaats du Maghreb et de l’icha’a.

NB:Pour les hommes, Il y a deux niveaux extrèmes de tonalité et la lecture à voix haute se situe entre les 2 :

  • – le minimum consite à produire un son suffisant pour que la personne parvienne à s’écouter elle-même et que son voisin puisse l’entendre.
  • -le maximum consiste à ce qu’il n’y ait pas de limite dans l’intensité du son.

Pour les femmes, il n’y a qu’un seul niveau sonore : il n’y a ni de minimum, ni de maximum pour la tonalité à voix haute: il faut juste qu’elle s’entende elle-même.

7- Tous les takbir (le fait de dire “Allahou akbar”) sont sunnas sauf le premier qui est obligatoire.

8- Dire « Sami allâhu liman hamidah» (“Allah entend qui le loue”): c’est sunna pour l’imam, et pour celui qui prie individuellement.

Derrière l’imam, les fidèle rajouteront « Rabbanâ wa lakal- hamd » (“Notre Seigneur à toi les louanges”).

9- At-tachahoudo-l-awal, le premier « Attahiyyâtou lillahi, »

10- Al-djoulouss-l-awal c’est-à-dire la première assise pour pouvoir faire ce « Attahiyyâtou lillahi

11- Le deuxième tachahoud, c’est-à-dire le deuxième « Attahiyyâtou lillahi, »

12- La deuxième assise, qui est l’assise finale pour pouvoir faire ce « Attahiyyâtou lillahi

13- Augmenter le temps des pauses pour chaque acte que l’on doit accomplir au cours de la prière.

14- Faire les salutations sur le Prophète (S.), au moment du deuxième tachahoud

15- Ecouter l’imam quand il récite, lorsque l’on prie en assemblée.

16- Faire les salutations finales à voix haute lorsqu’on prie individuellement. Mais si on prie en groupe, il n’y que l’imam qui prononce le salam final à voix haute et les fidèles le disent à voix basse.

17- Le deuxième* et le troisième** salam.

  • Le deuxième salam, qu’ils font devant eux pour rendre le salam à l’imam.
  •  Le troisième salam, vers la gauche, c’est s’il y a un fidèle à gauche.

18- Au moment de la prosternation, bien poser les paumes de ses mains sur le sol, et d’avoir les pieds touchant le sol avec les orteils dirigés vers la qibla.

19- Pour une personne qui ferait la prière à la mosquée, il s’agit d’avoir devant elle un pilier ou un mur de telle sorte qu’il n’y ait pas de risque que quelqu’un passe devant nous durant notre prière.

La distance qui doit séparer le fidèle du pilier ou du mur doit être de trois coudées environ.

Cette précaution est à prendre si l’on sait que quelqu’un risque de passer devant nous, sinon il n’est pas nécessaire de la prendre si on est chez nous et qu’on sait que personne ne va passer.



LES ACTES MERITOIRES DE LA PRIERE

 

Les actes méritoires de la prière:

Nous rappelons que la pratique de ces actes apporte un bonus de récompense et que le non respect de ces actes n’apporte rien en bonus mais de ne diminue rien aussi de la validité de la prière

1.Préciser dans son intention :

  • -si la prière que nous allons effectuer est une prière faite dans son temps (ada) ou après expiration (qada)
  • -le nombre de rakaat

2.Lever les mains au moment du 1er takbir et pas pour les autres.

3.Juste après ce takbir, descendre doucement les mains .

4.Après la fatiha, lire une sourate entière, en choisissant une sourate plus longue dans la 1ère rakaat que pour la 2ème .

5.Lire la fatiha à voix basse pendant que l’imam récite à voix basse

6.Lire les sourates en respectant l’ordre établi par le Coran

7.En ce qui concerne les temps de lecture, et donc la longueur des sourates à lire:

  • -un temps relativement long lors des prières de sobh et dohor
  • -un temps relativement court lors des prières de asr et maghreb
  • -un temps intermédiaire lors de la prière de icha.

8.Dire amin après la fatiha

9.Le prononcer à voix basse

10.Respecter une certaine distance entre les pieds lors de la station debout

11.Poser les mains sur les genoux lors de l’inclinaison

12.Réciter la do’a du qounoute avant ou après l’inclinaison de la 2ème rakaat de sobh

13.Ecarter les doigts lorsque les mains sont posées sur les genoux

14.Avoir le dos perpendiculaire pendant l’inclinaison

15.Avoir la tête au même niveau que le dos: ni abaissée, ni redressée.

16.Avoir les membres distant du corps pendant l’inclinaison et la prosternation.

17.La glorification pendant l’inclinaison et la prosternation.

18.Prononcer le takbir au début des mouvements

19.Attendre d’être complètement debout après un retour de prosternation pour prononcer le takbir

20.Les mains sont les premiers organes à toucher le sol lors de la prosternation et les derniers à le quitter lorsqu’on se lève.

21.Poser la paume des mains au sol lors de la prosternation.

22.Diriger les mains vers la qibla pendant la prosternation.

23.Faire des invocations pendant la prosternation et avant le salam final, lors de la sation assise.

24.S’asseoir entre 2 prosternations en respectant la sounna suivante: faire de telle sorte que la jambe gauche glisse sous la jambe droite pour se retrouver assis sur la fesse gauche, seule à toucher le sol, le pied droit doit se maintenir à la verticale avec les orteils, ou au moins, le gros orteil dirigé vers la qibla. Les mains sont posé à plats sur les cuisses, les doigts dirigés vers la qibla, proches des genous. Lors du tachahoud, seule la main droite est fermée, avec l’index dressé, tournée de telle sorte que le pouce et le côté de l’index soient face à nous.

25.Détacher les mains du sol lors de l’assise entre 2 prosternations pour les poser sur les cuisses.

26.Respecter un court temps d’arrêt entre 2 prosternations.

27.Prononcer le salam sans allonger la voyelle “a” pour éviter de dire “salaaaaam” mais “ASSALAMOU’ALEYKOUM”

28.Tourner le visage vers la droite au moment de la prononciation de ce salam

29.Pour l’imam, après le salam final, quitter sa place ou modifier son assise.

30.Utiliser le siwak, la branche d’arak, pour se frotter les dents avec, si le temps entre les ablutions et l’accomplissement de cette prière est relativement long.

100%

LES ACTES PERMIS PENDANT LA PRIERE

 

Les actes permis pendant la prière

  • Le fait d’écouter ce qui se dit à coté de lui mais sans en abuser.
  • Le fait de tuer un insecte qui nous génerait
  • Le fait de se déplacer dans sa salate l’équivalent de 2 rangs et ceci dans la limite de 2 fois pendant une même salate, mais en respectant toujours la direction de la qibla avec ses pieds.
  • Le fait de mettre la main devant la bouche lors d’un baillement, c’est même un acte méritoire.
  • Le fait de ramasser par terre quelque chose qui serait tombée.
  • Le fait de dire à voix haute “sobhanallah” pour signaler quelque chose à une personne près de nous.

LES ACTES QUI ANNULENT LA PRIERE

 

Les actes qui annulent la prière:

  1. Le fait de rire dans la prière
  2. Faire des gestes dans la prière mais qui n’appartiennent pas à la prière
  3. Découvrir sa nudité profonde
  4. Perdre ses ablutions
  5. S’adosser à quelque chose lors de la station debout
  6. Lire une sourate en négligeant l’ordre des versets, dans la même rakaa
  7. Négliger un acte obligatoire

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE