Seydina Cheikh Ahmadad Tijaniy, le sceau de la Sainteté Mouhamédienne

0
879
Cheikh Tijaniy Ahmadad Tijananiy ndieguene cheikh

ENFANCE DE SEYDINA CHEIKH AHMAD AT TIJANIY

Bismil Laahir Rahmaanir Rahiim

Seydina Cheikh Ahmed Tidiani (rta) est venu au monde en 1737 correspondant à 1150 de l’hégire à Aïn Madhi en Algérie.

Il naquit et grandit dans une famille très attachée au Coran et à la Sunnah ce qui lui a valu une bonne éducation religieuse et un environnement propice au développement spirituel.

Fils de Mohammed Ibn El Mokhtar Tidiani(rta) et d’Aicha (rta), Cheikh Ahmed Tidiani (rta) est un véritable chérif par sidna Hassan fils de Ali Ibn Abu Talib et seydatouna Fatima bintou  seyuduna Mohamed (saw). Ce dernier lui certifia son ascendance lors d’une vision à l’état de veille : il lui répondit par trois fois : Réellement tu es mon fils. Puis Il ajouta : Ton ascendance par Hassan ibn Ali est authentique.

En 1744 à l’âge de sept (7) ans il mémorisa entièrement le Coran sous la conduite Mohamed Ibn Hamou Tidiani (rta). Par Mabrouk ibn Bou’afiya Madaoui Tidiani (rta), il apprit le fiqh de l’imam Malick et la jurisprudence islamique. Encore très jeune Seydina Ahmed Tidiani (rta) rencontre le prophète dans la rue par une lumière qui va de la terre au ciel, avant de lui apparaître physiquement .Alors il chercha refuge chez sa tante, qui le couvrit et le réconforta ce qui donnant l’image de la rencontre entre Mohamed et Djibril.
En 1753 à l’âge 16 ans Cheikh Ahmed Tidiani (rta) devint orphelin de ses parents le même jour par une épidémie de peste.

CURSUS

Alors âgé de 21 ans en 1758, il entre dans la prestigieuse Université Qarawiyyin de Fès il y obtint ainsi tous les diplômes lui conférant le droit d’enseigner toutes les sciences Il reçoit beaucoup d’enseignements spirituels des grands Walis et docteurs que comprennent cette ville universitaire Après avoir retourné à ‘Ain Madhi, il se rendit à Abiod chez cheikh Ben-Eddin (r) où il resta durant 5 années.

En 1768 alors âgé de 31 ans il partit à Tlemcen où il enseignant des années. Durant toutes ces années qui se sont écoulées Cheikh Ahmed Tidiani (rta) a pris beaucoup de wirds.
En 1773 correspondant à 1186 de l’hégire alors âgé de 36 ans il effectua le pèlerinage à la Mecque. Pendant son voyage il prit de Mohamed ibn Abdou Rahman Azhari (rta), la voie Khalwatiya, puis en arrivant en Tunisie il y enseigna pendant un an et il y rencontra Cheikh Abdou Samad Rahawi (rta). Puis il partit en Egypte au Caire pour rencontre le grand maître Mohamed El Kourdiou (r) qui lui dit ; “Tu es aimé auprès d’Allah dans ce monde ainsi que dans l’au-delà. “ Il lui demanda : “D’où te vient cela ? “ Kourdiyou lui répondit : “D’Allah ! “

Seydina Ahmed Tidiani (rta) lui déclare son souhait d’atteindre le Khotbaniya el ‘Oudhma. Mohamed El Kourdiou(rta) lui affirma qu’il atteindra plus haut. Il retourne à la Mecque pour une grande rencontre celle de Cheikh Ahmed Ibn Abdallah el Hindi qui le nomma héritier de ses secrets et lui donna son propre fils comme talibé car Allah (swt) lui avait dicté cela. Il partit à Médine chez le Pôle Suprême Cheikh Mohamed ibn Abdoul Karim Samman (rta) qui le donna les secrets et pouvoirs des grands hommes et après la visite de la rawda du saint prophète Seydouna Mohamed (psl), Seydina Ahmed Tidiani (rta) retourne au Caire chez Mohamed El Kourdiyou (rta) qui lui donne la voie Khalwatiya et l’autorisa de le donner.

NAISSANCE DE LA TARIKHA

Cheikh Ahmed Tidiani (rta) avait atteint, avant l’âge de 40 ans beaucoup de stations spirituelles qu’il ignorait du fait qu’ on les lui avait cachées mais qu’il sentait. A son retour au bercail et sur le chemin à Boussemghoun , arriva le moment tant attendu l’initiation par le prophète lui-même à l’état de veille en 1783 à 46 ans. Le prophète lui dit :

“Je suis désormais ton initiateur, ton Maître, aucun être humain ne prétendra être ton initiateur ; Il te faut en conséquence abandonner tous les wirds que les humains t’avais donnés , personne n’aura de reproche à te faire car c’est moi qui serait ton intermédiaire auprès d’Allah et aussi ton auxiliaire. “

Ainsi est née la Tarikha Tidiania (rta) qui renferme en elle toutes les autres tarikhas et leurs faveurs ; C’est la tarikha Ahmedya, Mohamedya, Ibrahimiya, Hanifya qui renferme des grâces énormes jamais obtenues par toutes autres tarikhas. Les vertus attachées à la voie du Prophète (psl) et à son Khalife Seydina Ahmed Tidiani (r) sont innombrables. Ainsi donc le Prophète lui dicta les conditions que comportaient la Tarikha Tidiane et lui enseigna une partie du Wird:

  1. 100 fois Astahfiroulah
  2. 100 fois Salatoul alan nabi (saw)

Cheikh Ahmed Tidiani (rta) effectua le Wird selon les directives du Prophète pendant 4 ans. Le Prophète revient avec le complément à ajouter au wird initial :

– 100 fois «la ilaha il!ah lâh

Et, il lui dit entre autre conseil personnel à lui :

“Maintiens cette Tarikha sans te retirer du monde, ni rompre avec le commerce des hommes jusqu’à ce que tu atteignes la station spirituelle qui t’es promise, tout en gardant ton état , sans grande gêne, ni effort culturel excessif, passe-toi de tous les saints. ”
Il reçut d’année en année l’initiation directe du Prophète ainsi que l’ordre et l’autorisation d’appeler les gens à cette voie, s’ensuivit alors une période de propagation qui dura 13 ans dans cette région, les gens affluant de multiples contrées pour tirer profit de sa Baraka et prendre de ce que lui avait confié le Prophète. Cette ordre qui prenait une expansion considérable, en très peu de temps, attisa la jalousie et l’inquiétude des autorités turques de l’époque, et là encore le destin de Seydina Ahmed Tidiani (rta) allait ressembler une fois de plus à celui du Prophète car tout comme le Prophète a dû s’exiler de La Mecque à Médine, Seydina a dû le faire d‘Abi Semghoune à Fès (départ d’Abi Semghoune le 17 Rabi’Awwal 1213 ; Arrivée à Fès le 6 Rabi’Thani 1213).

De là-bas, depuis sa demeure, il s’occupe de l’initiation et de l’éducation de ses disciples leur enseignant et expliquant le Coran et la sounnah à ses élèves toujours de plus en plus nombreux.

STATION SUPREME

Très vite la vaste étendue de son savoir particulier, la profondeur de ses enseignements, et la manifestation de ses prodiges authentiques vont conquérir toujours de plus en plus de cœur, parmi lesquels on trouve un nombre impressionnant de savants érudits, de Wali parfaits et de maîtres spirituels, beaucoup étant de la noble descendance de notre Prophète Mohamed(saw). Ainsi depuis sa rencontre avec l’Envoyé d’Allah à Abi Semghoune, il ne cessa de suivre ses enseignements et ses éducations tout au long de ces années, et au fur et à mesure des évènements, jusqu’au jour tant annoncé en 1801, et tant prédit au cours de sa vie où il fut hissé au rang suprême de la Khotbaniya el ‘Oudhma au mois de Mouharam de l’année 1214 (à ‘Arafat). Il atteint deux stations uniques dans la hiérarchie spirituelle des saints:

– celle de la KHATMIYA (Le sceau des saints : il clôture pour toujours les degrés de sainteté)

– celle de la KATMIYA (Le Pôle caché : station spirituelle connue seulement d’Allah et de son Prophète atteint le 18 du mois de Safar, il est l’intermédiaire spirituelle entre les Prophètes et l’ensemble des Wali).

Il est ainsi tout en haut de l’échelle de la sainteté et n’a au-dessus de lui que les Prophètes et les compagnons de notre généreux Prophète Mohamed , il est le Pôle caché qui sera dévoilé au jour du Jugement Dernier par une voix qui clamera :

” Voici celui qui de toute éternité vous inspirait les connaissances, les lumières, et la puissance que le Seigneur Très-Haut vous destinait ; Il les recevait des Prophètes et les distribuait aux saints pour vivifier leurs esprits et guider leurs actions. “

Seydina Ahmed Tidiani (rta) a révélé :

“Le maître de l’existence (psl) m’a informé de vive voix que je suis le Pôle caché, cela à l’état de veille et non en rêve. “

Il a expliqué aussi en ces termes le rôle du Pôle caché :

” Tout saint ne boit et n’est abreuvé que de notre océan depuis la création jusqu’au jour où on soufflera sur la Trompe. “

Il a dit aussi :

” L’essence du Prophète irrigue les essences des messagers et prophètes; mon essence irrigue les Pôles, les Connaissants d’Allah et les Wali depuis la préexistence et ce jusqu’à l’éternité.”
Ces paroles ont été prononcées dans l’intention de permettre au disciple de comprendre l’importance et la valeur des grâces qu’Allah a gratifiées au détenteur de ce degré spirituel, jamais atteint par aucun saint, et ainsi d’être reconnaissant envers Allah.
Allah a dit : ” …et quant aux bienfaits de ton Seigneur raconte-les. “ et c’est à ce même titre que le Prophète avait dit : “J’étais déjà prophète alors qu’Adam était entre l’eau et l’argile.”

Il avait dit aussi :“Je serai le premier à être ressuscité le jour de la résurrection, je serai l’orateur lorsque les ressuscités seront rassemblés, et l’annonciateur de la bonne nouvelle lorsqu’ils auront perdu espoir ; Je détiens la bannière de la louange de Dieu, sans prétention, je serai le premier à demander et à obtenir l’intercession, je serai le premier à frapper à la porte du Paradis et à y être autorisé à entrer, et j’y entrerai avec les croyants pauvres,

Je suis le plus méritant parmi tous les enfants d’Adam auprès de mon Seigneur, sans prétention.”

Seydina Ahmed Tidiani (r)avait dit :” Mes deux pieds que voici sont sur la nuque de chaque Wali.”
Un grand compagnon et disciple lui fit remarquer que Sidi Abdoul Khadr Dieylani avait dit la même chose, il lui répondit :” Il avait parfaitement raison, mais il ne parlait que des Wali de son époque, quant à moi je dis que mes deux pieds que voici n’ont jamais cessé d’être sur la nuque de chaque Wali.

DECES DE SEYDINA CHEIKH AHMAD AT-TIJANIY

Lors de la maladie qui allait engendrer sa mort, il demanda qu’on lui amène le Daliya de Bousairi (rta) mais on ne pouvait trouver ce poème à Fès, il ordonnant alors à quelques élites parmi ses compagnons de se rendre dans la ville de Mekhnès. Quand ils le trouvèrent et qu’ils vinrent avec cheikh ordonna qu’on le lui lise et une fois la lecture achevée, il ne parla à personne. Il demanda aussi qu’on lui amène le poème de l’imam Ghazali (rta) lorsqu’il l’eût il le mit sous son oreiller la veille de sa mort, comme l’avait fait l’imam Ghazali (rta) et voici les premiers passages de ce poème :

Dis aux frères qui m’ont vu mor.t
Qui m’ont pleuré et ont récité sur moi l’oraison funèbre avec tristesse.
Est-ce que votre tristesse est pour l’absent.
Ou sur celui qui est présent parmi vous ici ?

Croyez-vous donc que je suis votre mort-ci.
Non par Allah ! Ce mort n’est pas moi.

Car dans sa forme ce corps
Etait mon habit et ma tunique pour un temps .Je suis une perle enfermée dans une coquille
Qui était pour moi une prison à laquelle j’étais accoutumé
Je suis un oiseau et ceci est ma cage
Je me suis envolé et ceci est resté pour disparaître
Je remercie Allah celui qui m’a libéré
Et ma construit un emplacement dans les hauteurs
J’étais avant ce jour un mort parmi vous
J’ai revécu et j’ai ôté le linceul
Aujourd’hui je converse avec les nobles assemblées
Et je vois la vérité de mes propres yeux
Je suis installé devant la Table Gardée
Où je lis et je vois !Tout ce qui était, tout ce qui sera et tout ce qui est proche.

A l’instant où Cheikh s’est approché du moment de sa mort il disait à cause de l’intensité de ce qui descendait sur lui :Allah ! Allah La lumière brûle mon cœur ; Allah ! Allah La lumière brûle mon cœur ; puis il n’a cessé de le dire tout au long de la nuit. Puis à l’approche du Fajr il s’est retourné vers les gens présents et leur dit : “le prophète est présent avec les 4 khalifes, levez vous et sortez”

Et il y a que quelques élites qui restèrent avec lui. Puis il n’est passé qu’une heure, il fit son Soubh s’allongea sur le côté et réclama une verre d’eau. Après, il se rallongea et quitta ce monde, et ce fut le jeudi 17 Chawwal 1230 (1815) à 80 ans. Il fut enterré en présence d’un nombre impressionnant de savants, d’hommes pieux et de saints dans son zawiya à FES deux fois de suite.

Qu’Allah Le Très-Haut nous fasse profiter de sa baraka et nous compte parmi ses élites et chaque inspiration ou expiration soit une augmentation de notre amour envers lui .amiiin.

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE